Prédication du 14/02/2021 Un coeur nouveau

Prédication – Un cœur nouveau.

 

Lecture biblique : Mathieu 6 : 25 à 34

Chers frères et sœurs en Christ,

En économie occidentale, on dit souvent : quand le bâtiment va, tout va. Le nombre de chômeurs baisse, la consommation des ménages reprend, le PIB augmente, bref, tout va pour le mieux.

Il y a comme cela des adages populaires assez pertinents qui peuvent nous interpeller si on les sonde. C’est ainsi, qu’une expression chinoise dit : « Quand le cœur va, tout va ». Par opposition, on pourrait dire : « Quand le cœur ne va pas, plus rien ne va ». Je suis bien placé pour en parler ; j’en ai fait l’expérience l’année passée.

Mais qu’est-ce qui ne va pas dans notre corps lorsque le cœur n’est pas au top?

-1. Le sang ne circule plus normalement. Par conséquent, il se produit une foule de dysfonctionnements. La tension n’est plus normale, elle peut être soit trop haute soit trop basse, ce qui peut provoquer des vertiges ou des évanouissements.

-2. Une fatigue s’installe et on se rend compte qu’on a moins d’énergie, on est plus vite fatigué.

-3. On a un problème de souffle. Monter quelques marches devient un exploit, quand on y arrive.

-4. Il se produit aussi une rétention d’eau.

-5. L’eau peut monter jusqu’aux poumons et provoquer un Œdème pulmonaire  pouvant entraîner la mort par étouffement.

-6. Le rythme cardiaque peut être perturbé : s’il y a arythmie, elle peut conduire à une insuffisance cardiaque, mais aussi à la formation de caillots de sang pouvant provoquer un AVC, ou un infarctus.

Bon, on va arrêter là notre cours de médecine pour aujourd’hui. À l’inverse de tout cela, comme je l’ai dit, lorsque le cœur va, tout va, tout baigne, la mécanique est bien huilée, on peut se permettre plein de choses.

Nous venons de voir les ravages que peut provoquer un cœur en mauvais état sur l’ensemble du corps humain. Et, si l’homme peut faire face à certaines pathologies cardiaques par des soins particuliers, il n’en va pas de même pour l’autre cœur celui qui est invisible ; notre cœur spirituel, celui qui est le siège de nos sentiments, de notre personnalité, notre moi intérieur, notre âme, ce qui fait ce que nous sommes ou qui nous sommes.

Voyons maintenant les ravages que peut provoquer le cœur spirituel en mauvais état sur notre vie personnelle et dans notre relation avec le monde extérieur.

Quand notre âme est malade, (c’est-à-dire notre cœur spirituel), il s’ensuit un chamboulement dans notre vie.

  • Plus rien ne tourne rond. On a perdu la joie de vivre, on resasse sans arrêt des faits du passé.
  • Nos valeurs sont altérées, et ce qui est mal devient acceptable, à la limite même du correct.
  • Notre conscience est en quelque sorte dans le coma et nous devenons insensibles à la souffrance des autres.
  • Le mensonge ne nous dérange plus, ni le vol, ni le meurtre. Après tout, il ne se passe pas un jour sans qu’il y en ait plusieurs à la télé, cela devient donc normal.
  • Notre cœur se rempli d’orgueil, de haine et finit par ne plus avoir d’état d’âme.
  • Hélas c’est le constat d’une situation que l’humanité vit journellement et cela devient de plus en plus pesant pour chaque individu. Ce qui est plus grave, c’est que cela est devenu une normalité pour la plupart des gens.

Face à cette situation alarmante, Dieu, le Créateur et Maître de l’univers, fait aussi un état des lieux, en quelque sorte un audit de l’humanité.

Et que dit-il à cet effet ?

Par la bouche du prophète Esaïe, Il dit ceci : « La tête entière est malade, et tout le cœur est souffrant. De la plante du pied jusqu’à la tête, rien n’est en bon état : ce ne sont que blessures, contusions et plaies vives, qui n’ont été ni pansées, ni bandées, ni adoucies par l’huile ». Esaïe, chapitre 1, versets 5 et 6.

Question :

Dans cette situation où serait placé le curseur si nous avions un baromètre du bonheur ? Je crois que pour beaucoup, il serait bien bas aujourd’hui. Mais devant ce constat alarmant, il y a heureusement une solution durable que j’aimerais partager avec vous, quelque chose d’exceptionnel et de grandiose.

J’ai trouvé un très bon cardiologue à Clermont l’Hérault.

Que dis-je, un spécialiste, un poids lourd de la profession, et là encore c’est un euphémisme. Il est d’une efficacité légendaire.Non,  non, ce n’est pas le Docteur TAPIERO, même si c’est un bon Docteur.Celui dont je vais vous parler a une sacrée expérience, et tous ceux qu’Il a soignés, vivent vraiment une vie nouvelle.

Il opère les cœurs, les répare, recolle les morceaux, les remplace éventuellement et, les fait redémarrer.Il fait un travail admirable, on dit même qu’il a des mains en or. Son travail est propre, soigné et ne laisse pratiquement aucune cicatrice.Tous ceux qui sont passés par ses mains sont sortis sans séquelles et mènent une vie bien meilleure qu’avant. Au cours de ses très nombreuses interventions, aucun patient n’est décédé ! Il ne compte aucun mort à son actif, qui dit mieux ?

Quand on le voit à l’œuvre, bistouri à la main, sur un cœur humain, il travaille comme un orfèvre. De chaque cas désespéré, Il fait une personne nouvelle. Chaque opération qu’il pratique est un chef-d’œuvre ; on dirait que le corps humain lui obéit, on pourrait lui décerner un prix Nobel de la chirurgie.

Pour le cardiologue dont je parle, le corps humain lui obéit, et dans ses diagnostics, il a toujours été d’une prodigieuse précision, pouvant ainsi prescrire le remède et le dosage idéal pour la guérison du patient.

Il est vraiment le champion toutes catégories, je dirais même qu’il est hors catégorie.De tous ceux qui lui ont confié leur vie, pas un seul ne l’a regretté.Au-delà des soins, presque magiques, il garde une extraordinaire relation avec ses patients. Il est empathique au possible, on pourrait même dire qu’il se charge de la souffrance de ses patients.Au cours de sa carrière jamais personne ne lui a intenté un procès pour erreur médicale.

Et le prix me direz-vous ? Vous vous en doutez, avec un tel spécialiste on s’attend à ce que l’addition soit salée et que les délais pour obtenir un rendez-vous sont parfois assez longs.

Eh bien, je vous dirai que pour l’excellence du travail fourni, son prix est très abordable. Par contre, il demande une contrepartie, sans toutefois l’exiger, et seulement si on est d’accord. C’est un peu du donnant, donnant. Il promet que le patient sera guéri et vivra dans un esprit de paix et de joie tout le long de sa vie, et même au-delà.

Il nous est dit dans Ezéchiel au chapitre 36 et au verset 26 « Je vous donnerai un cœur nouveau, et je mettrai en vous un esprit nouveau ; j’ôterai de votre corps le cœur de pierre, et je vous donnerai un cœur de chair » Et oui, rien que cela.

 Mais ce cœur nouveau n’a rien à voir avec les caractéristiques de l’ancien, il n’a pas le même ADN. Puisque le patient reçoit un nouveau cœur, il devient un homme nouveau dans tous les sens du terme : «  Il est une nouvelle créature ».

Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles » (Corinthiens 5, verset 17).

➔ Ce qui est du passé est passé. Tout devient nouveau pour ce patient.

Ce FAMEUX cardiologue,  vous l’avez deviné,

C’est le Dieu de l’univers, le Dieu créateur de toutes choses.

  • Dieu ne demande pas la mort des pécheurs que nous sommes tous, bien au contraire : nous lisons dans le livre d’Ezéchiel au chapitre 18, verset 23 : « Ce que je désire, est ce que le méchant meure ? dit le Seigneur. N’est-ce pas plutôt qu’il change de conduite et qu’il vive ?
  • Dieu ne reproche pas au pécheur d’être pécheur, mais Il lui reproche de ne pas vouloir changer de vie, c’est-à-dire de revenir vers lui, LE Créateur.

 . Dieu invite donc le pécheur à se repentir : (Actes des Apôtres, chapitre 17, versets 30 et 31. « Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce à tous les hommes qu’ils ont à se repentir, parce qu’il a fixé un jour où il jugera le monde selon sa justice, par l’homme qu’il a désigné d’avance, en le ressuscitant des morts… »

 L’homme ou la femme qui donne son cœur, qui donne sa vie à Dieu, trouve en lui un refuge dans les tempêtes de la vie, la maladie et l’angoisse. Celui ou celle qui fait la paix avec Dieu, trouve en Lui un refuge inébranlable.

  • Dieu prend soin de sa création. Il a tant aimé l’humanité qu’Il a résolu de la sauver et il n’a pas lésiné sur le prix : « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle » (Évangile de Jean, chapitre 3, verset 16).

Il n’y a sous le ciel personne qui puisse se sauver lui-même de la perdition éternelle et encore moins sauver l’humanité. Car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés » (Actes des apôtres, chapitre 4, verset 12).

 . Dieu notre Sauveur, veut que Tous les hommes soient sauvés et parviennent à la connaissance de la vérité. Car il y a un seul Dieu, et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, c’est Jésus-Christ, qui s’est donné lui-même pour tous.

Jésus nous dit encore: Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi » (Évangile de Jean, chapitre 14, verset 6.

La porte d’entrée du ciel, c’est donc Jésus-Christ et il n’en existe aucune autre !

Avant de mourir sur la croix, Jésus a prié pour chacun de nous : « Ce n’est pas pour eux seulement que je prie nous dit Jean 17 (c’est-à-dire pour ceux qui étaient présents au moment de la crucifixion, mais encore pour ceux qui croiront en moi par leur parole (c’est-à-dire ceux qui croiront en Christ dans la suite des temps).

En définitive, c’est un peu comme s’il nous laissait un « chèque en blanc », et c’est à nous qu’il incombe de le remplir/ ou non ; si nous voulons que nos transgressions ou nos péchés soient pardonnés.

Nous recevrons alors non seulement sa paix dans nos cœurs, mais en plus nous hériterons la vie éternelle avec Lui.

 Comment remplir ce chèque en blanc ? Cours de première année au collège en section économique. Non je plaisante.

Pour remplir ce chèque, c’est très simple, il suffit de dire à Dieu d’un cœur vrai et sincère :

  • Seigneur, Je reconnais être pécheur/pécheresse et j’accepte que le CHRIST soit mort à ma place sur la croix.
  • J’accepte qu’il ait versé Son sang pour moi afin de me purifier de tous mes péchés, que je regrette.
  • Viens habiter SEIGNEUR dans mon cœur.
  • Si nous disons cela d’un cœur vrai et sincère, alors nous sommes immédiatement lavés, purifiés de nos péchés et pardonnés à jamais.

À partir de ce moment-là, Dieu ne nous voit plus comme des pécheurs, mais comme étant justifiés, graciés à cause du sang que Jésus a versé à la croix. Le sang de Jésus devient ainsi le filtre par lequel Dieu nous regarde.

➔ Nous avons ainsi été rachetés à un grand prix : « Sachant que ce n’est pas par des choses périssables, comme l’argent ou l’or, que vous avez été rachetés de la vaine manière de vivre que vous avez héritée de vos pères, mais par le sang précieux de Christ, comme d’un agneau sans défaut et sans tache, prédestiné avant la fondation du monde, et manifesté à la fin des temps, à cause de vous » (première épître de Pierre, chapitre 1, versets 18 à 20).

Lorsque vous allez à la mairie pour vous marier, il ne faut que quelques minutes pour que le statut de votre état civil change. JUSTE le temps de dire « oui » et vous êtes un autre homme, ou une autre femme. Vous êtes entré célibataire et vous en sortez mariés. Vous êtes entré en étant responsable de vous-même, et vous sortez chargés de nouvelles responsabilités, avec tout ce que cela comporte au quotidien. Dorénavant, vous avez la responsabilité de l’être cher que vous avez choisis. Bien sûr, vous ne sentirez les effets de votre « oui » que dans les jours, les mois et les années qui vont suivre.

Il en est de même si vous dites « oui » à Dieu. À partir de là, votre statut d’état civil céleste change. De créature de Dieu, vous passez au statut de fils ou fille de Dieu.

 Dieu agira alors envers vous comme un père responsable. Vous ne serez plus seul(e) face à l’océan de la vie et vous constaterez les effets bénéfiques de votre « oui » dans les jours, les mois et les années à venir. Nous avons affaire à un Dieu d’amour et de compassion.

En effet, Dieu n’a pas attendu que nous devenions meilleurs, que nous soyons dignes de son salut… sinon il attendrait encore longtemps. Nous sommes d’ailleurs dans l’impossibilité de faire quoi que ce soit pour satisfaire la justice de Dieu. Néanmoins, il y a de l’espoir pour nous pécheurs. Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, avant même que l’humanité se rende compte qu’elle est coupable envers son Créateur et lui demande pardon, Christ a donné sa vie et versé son sang pour le salut de l’humanité.

Lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous » (Lettre aux Romains, chapitre 5, versets 7 et 8).

De plus, Dieu, ne se contente pas seulement de sauver des pécheurs, Il en fait aussi ses enfants. Il nous adopte avec toutes les conséquences qu’une adoption comporte.

La lumière (Jésus-Christ) est venue chez les siens, et les siens ne l’ont point reçue. Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, le Christ a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu (Évangile de Jean, chapitre 1, versets 11 à 13).

Jésus leur parla de nouveau, et dit : Je suis la lumière du monde ; celui qui me suit ne marchera plus dans les ténèbres, mais il aura la lumière de la vie (Jean, chapitre 8, verset 12).

Pour terminer, j’ai envie de vous demander :  Mais qui est juste pour mériter un tel cadeau ? La réponse nous est donnée dans Romains 3 :10-12 : Il n’y a point de juste, pas même un seul ; nul n’est intelligent, nul ne cherche Dieu ; tous sont égarés, tous sont pervertis ; il n’en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul. Ailleurs il est écrit : Je ne fais pas le bien que je voudrais et je fais le mal que je ne veux pas.

La même Parole nous donne la solution au verset 23 du même chapitre : Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu ; et ils sont gratuitement justifiés par sa grâce, par le moyen de la rédemption qui est en Jésus-Christ.

Nous voyons donc que pour être juste, nous devons humblement accepter Jésus-Christ comme notre Sauveur personnel en remplissant le chèque en blanc évoqué tout à l’heure. Il ne manque plus que le nom du bénéficiaire à indiquer. Après quoi, cherchez, cherchons d’abord, le royaume de Dieu en faisant simplement sa volonté. Dieu veut que nous obéissions à Sa Parole (la Bible). Il nous veut libre de toutes chaînes, de nos peurs, de nos craintes, faisons-lui confiance.

Que Dieu vous bénisse.

AMEN

Print Friendly, PDF & Email