Médiation de Jean-Claude Séguéla

     Chers sœurs et frères ,

Ma méditation a été une laborieuse contribution pour essayer d’ avancer ensemble dans les  voies du Seigneur . Je partirai de la célèbre phrase de St Exupéry.

« On ne voit bien qu’avec le cœur , l’essentiel est invisible aux yeux » tiré de son ouvrage  » Terre des hommes « , maintes fois donnée en sujet de dissertation pour les lycéens je  citerai en écho pour ma part le prophète Jérémie Verset 5-21   « Écoutez bien ceci peuple stupide et dépourvu de cœur ils ont des yeux et ne voient pas « . Est-ce notre cas  où sur cette terre , il nous faudrait voir pour croire ,où

le visible  s’imposerait à nous comme seule vérité ? Ou bien  pouvons nous au delà des images des événements terribles  de ce monde  qui nous entraîneraient au scepticisme , au désespoir ne pas  nous en tenir aux seules apparences et nous tourner vers celui dont la création et les créatures n’ont pas été faits pour ce gâchis ? J’ai trouvé dans l’épître aux Romains 1-20 un antidote pour lutter contre ce visible qui malmène notre foi : regardez comme nous dénaturons la terre ,comme  nous traitons nos frères humains ou inférieurs : Paul nous dit : » Les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité , se voient comme à l’œil nu , depuis la création du monde quand on les considère dans ses ouvrages. »

Oui, chers sœurs et frères essayons de considérer ses ouvrages, ce monde, avec des yeux innocents pour retrouver la vérité de la beauté de ce qui nous entoure .Ne trouvez-vous pas une consolation dans la floraison , la verdure de ce printemps si éprouvant en ces temps de contamination qui nous feraient oublier le renouveau de Pâques heureusement là . J’en reviens à une initiative qui a pu nous paraître dérisoire: le concours photo qui rejoint justement cet effort de voir autrement car il a été rappelé qu’en dehors de l’esthétique attirant saisi par l’objectif  il faut que le sujet nous ait touchés , émus . Voilà où le cœur peut se manifester après le premier regard et je terminerai par l’histoire du célèbre auteur de l’île au trésor Robert Louis Stevenson quand jeune homme il est venu dans ces Cévennes que nous aimons, dans un voyage rédempteur à pied avec une ânesse (on n’est pas loin de l’ânon choisi par Jésus) .Il avait fait les 400 coups , en déshérence, en  rupture avec sa famille écossaise très protestante ( grand-père pasteur) . Mais comme par magie il va découvrir les bienfaits de la marche et sans appareil de photo ni Smartphone  aller au cœur des paysages, des gens rencontrés pour finalement laisser en chemin ses humeurs mauvaises et revenir à l’essentiel , retrouver les bienfaits de l’œuvre divine . Je vous donne 2 exemples des nombreuses reconnaissances exprimées dans son premier livre : Voyage avec un âne dans les Cévennes : »Me laver en plein air dans une des rivières que Dieu a faites me semble un acte solennel et joyeux » plus avant « Voir un clan de ces bouquets d’antiques châtaigniers indomptables sur l’éperon d’une montagne c’est s’élever aux plus sublimes méditations sur les puissances cachées de la nature « .La fin de sa vie aventureuse le mènera dans les îles Samoa où il enseignera le catéchisme aux indigènes ! le verset de Matthieu  » Dieu écrit droit avec des lignes courbes » manifeste bien son œuvre de nous mener par des chemins sinueux ou comme celui de Damas, à sa vérité car comme le proclame Jean : »Dieu est lumière et il n’y a pas en lui de ténèbres », Comme cette image de bougie devant la Bible ouverte nous a rassurés lors des premiers cultes en vidéo pour le 1er confinement , comme ces bougies de Pâques ici sous la croix , sachons voir cette lumière et pourquoi pas la retrouver dans nos paysages, la capter sur nos photos car photographier signifie étymologiquement ,écrire avec la lumière . Une façon aussi de rendre grâce à celui qui nous la  donne depuis que  nous avons vu …le jour….

Amen

Print Friendly, PDF & Email